Christianisme(s) et Saints Chrétiens ..

Le Christianisme fut la première Sagesse/Tradition qui m’accueilli et m’aida lorsque débuta ce que j’appelle “mon chemin spirituel”, il y a sept ans environ.

Riche d’une méconnaissance totale mais plein de préjugés sur les religions chrétiennes et leurs textes canoniques que j’étais, je commençai par les textes apocryphes trouvés à Nag Hammadi. L’idée de lire des textes vieux de 2000 ans me plaisait au plus haut point, car j’imaginais que la Bible ne pouvait qu’avoir subi 2000 ans de modifications intéressées et malhonnêtes (propagande souvent vue et revue dans le “New Age”, encore une fois »), chose qui aura été démentie par les textes de la Mer Morte. Bien évidemment, je ne parle pas des versions les plus récentes, édulcorées et vulgarisées, de la Bible.

Ce qui est vrai par contre, c’est que l’église Catholique a statué et choisi quels livres seraient retenus et quels autres serait hérétiques et détruits. Rien de choquant là-dedans, presque tout les groups et/ou institutions font de même, à plus forte raison encore à titre individuel. La majorité des gens cherchent à voir leurs croyances renforcées et chercheront les gens qui pensent comme eux…
Hors donc, la bibliothèque retrouvée à Nag Hammadi contient nombre de textes apocryphes qui n’étaient connus que par leur noms..
(Attention, comme toute bibliothèque, celle-ci contenait forcément du bon et du moins bon.. esprit de discrimination requis comme toujours..)

Enfin bref, je commençai par les textes apocryphes, pour quand même arriver au moment de la lecture de l’Evangile (Combien nombreux sont ceux qui jugent/statuent sur le christianisme sans même avoir lu le nouveau testament..), puis plonger dans des œuvres magistrales de Saintes et Saints Chrétiens.

Catherine de Sienne et Marie d’Agreda m’auront particulièrement marqué! La première, sous extase, discutait directement avec “Dieu”, et la seconde, me semble-t-il, peut être perçue comme une des fondations du culte Mariale (Révélations de la vie des parents de Marie et de Marie elle-même).
Comment juger la qualité d’une révélation? Bien évidemment par la profondeur des messages mais également par sa forme, puis le contenu du message devrait toujours être mis en relation avec d’autres sources, passé sous la loupe de la discrimination et de l’épreuve, de la concordance, etc…. Enfin c’est aussi mon avis.
Si ces deux Saintes mon marqués, c’est donc logiquement que leurs œuvres me paraissent répondre magistralement à ces critères, et sont par exemple sans comparaison avec les délires actuels.. (channeling etc..)

C’est donc à cette époque que je m’enrichissais principalement dans la tradition chrétienne et où je fréquentais messes catholiques et assemblées/cultes évangélistes/protestants.
Naturellement, j’en garde des souvenirs positifs et négatifs, le meilleur (piété, charité, amour, foi, espérance..) côtoyant le pire (jugement, exaltation, dogmatisme, complaisance, voir manipulation).

Quoi qu’il en soit, n’en doutez pas, le Christianisme (ou plutôt, les Christianismes), avec ses 2000 ans d’histoire, d’évolution et d’œuvres (Ecrits, musiques, mais également œuvres caritatives dont l’église catholique est la plus grande pourvoyeuse dans le monde..), peut être une Grande, insondable et inépuisable Religion pour qui s’y investit avec sincérité et honnêteté..

Comme musique de fond.. je vous propose l’œuvre sacrée suivante.

 

Des constats que je peux faire des trois religions dit “du Livre”, c’est celui du jugement qui me navre le plus, et particulièrement pour le Christianisme puisque de ma lecture des évangiles (Les épitres étant, pour moi et sans vouloir minimiser leur importance et inspiration, déjà essentiellement de l’ordre de l’humain et de l’interprétation..), il me semble qu’une simplification à l’extrême du message du Christ puisse se résumer à :

  • Aime Dieu
  • Aime ton prochain comme toi-même (Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse…et inversement)
  • Ne juge pas, ne juge pas, ne juge pas, et l’ai-je déjà dit ? “Ne juge pas”

(Attention, ne pas juger ne veut absolument pas dire ne pas constater, ou ne pas prendre position. Et si je parle plus particulièrement du jugement dans le Christianisme, je ne sous-entend pas du tout qu’il y ai moins de jugement dans le judaïsme ou l’islam.. bien au contraire.)

Pour ce qui est de Son œuvre et de la profession de foi des chrétiens, celle-ci peut être présentée superbement par ces paroles de Sainte Cécile :

… Car toutes les choses qui ont été faites, c’est le Fils engendré du Père qui les a créées. Et toutes les choses qui ont été créées, c’est l’Esprit procédant du Père qui les a animées. C’est donc ce Fils de Dieu qui, en venant dans le monde, nous a montré par ses paroles et ses miracles qu’il existait une autre vie.» Tiburce dit alors << Donc, tu affirmes qu’il n’est qu’un seul Dieu. Et comment peux-tu maintenant dire qu’il y en a trois ? » Cécile répondit: << Comme en la seule et unique sagesse ou âme de l’homme, il existe trois choses: le génie, la mémoire et l’intellect, de même en une seule et unique essence de la divinité, trois personnes peuvent exister. » Puis elle se mit à lui prêcher la venue et la Passion du Fils de Dieu et à lui montrer les nombreuses harmoniques de cette Passion: << En effet, dit-elle, le Fils de Dieu fut pris, afin que le genre humain, pris par le péché, soit libéré. Le Beni fut maudit pour que l’homme maudit obtienne sa bénédiction. Il supporta qu’on se joue de lui pour que l’homme soit affranchi du jeu des démons. Il reçut la couronne d’épines sur la tête, afin d’éloigner de notre tête la sentence capitale. Il absorba le fiel amer pour restituer à l’homme la douceur du gout. Il fut dépouillé pour voiler la nudité de nos ancêtres. Il fut suspendu sur du bois afin de supprimer le péché du bois‘. » ..

Même si je conçois et comprends tout à fait les conditionnements qui mènent les religieux à juger les autres (autres religions, autre confession, autres qui pensent différemment), dans le christianisme je le trouve particulièrement navrant car “traitre” à ce qui me semble donc être une des paroles essentielles du principal concerné..

Je trouve une bonne chose qu’il y ai plusieurs confessions, plusieurs “colorisations” de la foi Chrétienne qui puissent répondre à des besoins et attentes différents.
Une confession riche de 2000 ans d’humanité (Catholicisme)?
Ou plutôt un “retour aux sources” épuré (Protestantisme)?
Ou plutôt un panel encore plus éclectique ? (Eglises évangéliste de toutes sortes..)
Très bien, mais plutôt que d’entendre certains juger les catholiques et leur “culte des Saints”, je souhaiteraient qu’ils s’occupent de la poutre plutôt que de la paille, ou qu’ils s’intéressent aux œuvres de ces mêmes saints..
Je voudrais qu’il soit inconcevable d’entendre dans un culte “ces catholiques qui iront en enfer” (y’a-t-il pire jugement?), ce qui peut être entendu provenant aussi bien de certains catholiques vis à vis des protestants..

Enfin bon.. que faudrait-il dire alors des masses de gens qui jugent carrément une religion elle-même, tout entière! Chose simplement inconcevable et dépourvu de tout sens pour moi.

Donc, c’est avec plaisir que j’ai lu (raison principale et initiatrice de la rédaction de cet article) :

41Q6wSs8oDL._SL500_

C’est un petit recueil de textes hagiographiques. C’est des textes courts et expéditifs, sans comparaison avec les œuvres de milliers de pages des Saintes dont j’ai parlé, mais que j’ai trouvé très plaisant à lire.

Il s’agit de textes parlant de Saintes.. Saintes par une foi qui n’existe plus aujourd’hui, dans un contexte qui n’existe plus également. Fin du 3e siècle, les chrétiens sont encore persécutés et très nombreux sont les martyres. Les Saintes de ce recueils sont des vierges qui placeront leur foi et leur don de soi au-dessus de tout..

Pourquoi des persécutions? C’est encore l’époque de la religion romaine, avec toutes ces divinités auxquels il faut sacrifier (Jupiter, Mars etc..). Et ces vierges, adeptes de cette nouvelle religion qui prône la croyance en un dieu unique et invisible, que des consuls, empereurs et autres voudront marier, refuseront de s’y soumettre. A elles les tortures et sévices physiques inimaginables aujourd’hui mais qui se pratiquaient couramment à cette époque..

Mais lisez plutôt.. (Les sévices physique de Sainte Cécile sont relativement modérés comparativement à ce que d’autres Saintes ont subi..)

L’auteur :

Jacques de Voragine est né vers 1226 en Ligurie. Il entre dans l’ordre des dominicais italiens des 1244, au couvent Santa Maria in Castello, à Gênes. C’est le début d’une brillante carrière: sous-prieur du couvent de Gênes en 1258, puis prieur des couvents d’Asti et de Gênes, prieur provincial de Lombardie (province dominicaine qui couvrait toute l’Italie du Nord) a deux reprises (1267-1277 et 1281-1286). Cette fonction lui permet d’avoir des contacts réguliers avec ses confrères de l’Europe entière lors des chapitres généraux de l’ordre: ces échanges ne seront pas sans effets sur la diffusion et la révision de La Légende dorée, le plus célèbre recueil hagiographique du Moyen Age, qu’il organise et rédige dans les années 1264-1267. Collection de vies de saints savamment compilées, manuel de culture générale religieuse utile aux prédicateurs, ce recueil peut également, en complément de son usage en vue du prêche, être l’objet d’une lecture privée. Jacques de Voragine devient archevêque de Gênes en 1292, charge qu’il assumera jusqu’à sa mort en 1298.

Extrait du texte sur Sainte Lucie :

..Mère, tu es guérie! Mais je t’en conjure, au nom de celle qui t’a soignée par ses prières, ne me parle plus de mon futur époux et distribue aux pauvres tout ce que tu me réservais pour ma dot. —— Ferme-moi les yeux, répondit sa mère, avant de disposer de tes richesses comme tu l’entends. >> Lucie rétorqua: << Ce qu’on donne en mourant, on le donne parce qu’on ne peut l’emporter avec soi. Donne-moi ta fortune de ton vivant et tu en seras récompensée.»

Quand elles furent rentrées chez elles, elles divisèrent jour après jour leurs biens et les donnèrent pour les besoins des pauvres. La nouvelle de cette dispersion parvint au fiancé de Lucie, qui s’en enquit auprès de la nourrice de la jeune fille. Elle eut la sagesse de lui répondre que sa fiancée avait trouvé un bien plus rémunérateur, qu’elle voulait acheter en son nom; C’est pourquoi on la voyait réaliser une partie de sa fortune. L’insensé crut qu’il s’agissait d’affaires terrestres et se porta garant des vendeurs. Mais quand tout fut vendu et reversé aux pauvres, le fiancé porta plainte contre Lucie devant l’officier consulaire Paschase, en l’accusant d’être chrétienne et d’agir à l’encontre des lois impériales.

A Paschase qui lui ordonnait de sacrifier aux idoles, elle répondit: << Le sacrifice qui plait à Dieu consiste à visiter les pauvres et à subvenir à leurs besoins ; et puisque je n’ai plus rien à donner, je me donne moi-même pour lui être offerte. » Paschase rétorqua: << Tu peux bien raconter de telles sornettes a un chrétien de tes semblables, mais moi, qui respecte les décrets des souverains, il est inutile de chercher à me convaincre. — Tu respectes les décrets de tes souverains, et moi je respecte la loi de mon Dieu, dit Lucie; tu crains les souverains, et moi je crains Dieu. Tu ne veux pas les offenser, et moi je prends soin de ne pas offenser Dieu. Tu désires leur plaire; moi je veux plaire au Christ. Fais donc ce que tu sais t’être utile, et moi je ferai ce que je penserai m’être utile. » Paschase lui dit: << Tu as dilapidé ton patrimoine en compagnie de séducteurs et tu parles donc comme une prostituée. —- J’ai placé mon patrimoine en lieu sûr, répondit Lucie, et n’ai jamais eu affaire aux séducteurs de l’esprit et du corps. » Paschase interrogea: << Et qui sont donc les séducteurs de l’esprit et du corps? » Lucie répondit << Ce sont des gens comme toi qui sont les corrupteurs de l’esprit, parce que vous persuadez les âmes de se détourner de leur créateur. Les séducteurs du corps, ce sont ceux qui font passer les plaisirs corporels avant les joies éternelles. » Paschase dit alors : << Ces discours cesseront quand on en viendra aux coups. » Lucie rétorqua: << Les discours de Dieu ne peuvent cesser. — Tu es donc Dieu ? » Demanda Paschase. Lucie répondit: << Je suis la servante de Dieu, qui a dit: Quand vous serez conduits devant les rois et les juges en mon nom, ne vous souciez pas de vos paroles, car ce ne sera pas vous qui parlerez, mais le Saint-Esprit? » Paschase demanda: << Tu as donc le Saint-Esprit en toi ? — Ceux qui vivent chastement sont le temple de Dieu », répondit Lucie. Alors Paschase : << Je vais donc te faire conduire au bordel, afin que tu y sois violée et que tu perdes le Saint-Esprit. » Lucie répondit: << Le corps n’est corrompu que si l’esprit y consent; si tu me fais violer contre ma volonté, la chasteté qui me vaudra la couronne sera doublée. Tu ne pourras jamais forcer ma volonté au consentement. Mon corps, lui, est prêt à tous les supplices. Qu’attends-tu ? Vas-y, fils de Satan, exerce ton désir de torture ! »

Alors Paschase fit venir les souteneurs et leur dit: << Invitez tout un chacun à prendre son plaisir sur elle et qu’on abuse d’elle jusqu’à la mort ! » Mais quand on voulut l’entrainer, le Saint-Esprit la fixa sur place si fermement qu’on ne pouvait la bouger. Paschase rassembla mille hommes et la fit enchainer aux pieds et aux mains, mais on ne put la déplacer. Il employa alors mille paires de bœufs ; mais la vierge du Seigneur demeura immobile. Des magiciens furent appelés, afin de la déplacer par leurs incantations; en vain. Alors Paschase dit: << Quels sont ces maléfices, qui font qu’une fille ne peut être entrainée par mille hommes ? » Lucie répondit << Il ne s’agit pas de maléfices, mais des bienfaits du Christ. Et même si tu ajoutes dix mille hommes, tu me verras demeurer immobile. » Paschase, croyant aux délires de certains, pour qui l’urine dissipe les maléfices, l’en fit asperger. Elle ne bougea toujours pas ; rempli d’angoisse, il ordonna qu’on allume un feu autour d’elle et qu’on verse sur elle de la poix, de la résine et de l’huile bouillante. Lucie lui dit: << J’ai obtenu par la prière la suspension de mon martyre, afin d’ôter aux croyants la peur du supplice et aux incroyants l’éructation de leurs insultes. » Les amis de Paschase, voyant son angoisse croitre, plongèrent une épée dans la gorge de Lucie, qui, loin de perdre la parole, dit: << Je vous annonce que la paix a été rendue à l’Eglise, car aujourd’hui Maximien est mort et Dioclétien a été chassé du trône. Et de même que ma soeur Agathe a été donnée à Catane comme protectrice, de même, j’ai été accordée comme médiatrice à Syracuse. »

Pendant que la Vierge prononçait ces mots, voici que des fonctionnaires de Rome arrivent, arrêtent Paschase et l’emmènent enchainé auprès de César. Arrivé à Rome, il comparut devant le Sénat. Quant à la vierge Lucie, elle ne bougea pas du lieu où elle avait été frappée et ne rendit pas son dernier souffle avant que les prêtres ne soient venus lui apporter le corps du Seigneur et que tous ceux qui étaient présents n’aient répondu amen au Seigneur. En ce lieu elle fut ensevelie et une église y fut élevée. Elle a souffert au temps des empereurs Constantin et Maxence, vers l’an du Seigneur 300.

Voilà un exemple pour ce qui est des Saintes Martyres. Suivront dans l’ère chrétienne (catholique) d’autres personnalités qui seront proclamés Saints de par leur vies, témoignages et œuvres. J’ai juste envie dire “N’hésitez pas à y puiser votre eau..”

PS: Un problème avec ce mot ou cette notion de Saint? Aucun problème, ne pas hésiter à le remplacer par “modèle”.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s